HTMLbanner
 
  item1b  
  item1c  
  item1d  
  item1e  
  item1f  
  item1g  
  item1h  
  item1i  
  item1j  
  item1k  
  item1l  
  item1m  
 
bottomLogoFr  
 

Feldenkraisnow

Construction d'une table de ballons

Telécharger le document:

Table à ballons.pdf
item1

L'illustration schématique de la construction d'une table de ballons a été réalisée par notre collègue Bruno de Saint Chaffray. Bruno fait partie du groupe Laboratoire qui se réunit régulièrement pour un échange d'expériences et pour expérimenter l'emploi de ballons gonflables

Materiel nécessaire: 4 ballons ovales de 65 cm de diamètre, une bande de tissu de 6m de long, 4 couvertures ou serviettes, un matelas de mousse (160-170 cm par 75 cm ; épaisseur 2-3 cm), une couverture supplémentaire, un drap (2 m de long à peu près), 2 « frites », un drap ou une couverture lavable. (voir croquis n°1 ci-dessous)

Pour permettre à la personne de s’allonger ( sur le dos, sur le ventre ou sur le coté ), on a besoin de 4 ballons ovales (de 65 cm de diamètre)* placés côte à côte, au milieu d’une bande de tissu de 6m de long (largeur : 75 cm à peu près). Cette bande de tissu est repliée de sorte que les deux extrémités se recouvrent l’une l’autre pour envelopper les ballons et les maintenir ensemble. (voir croquis n° 2 à 4)

* Original pezzi EGG balls produits par la société Italienne Ledragomma. Ces ballons sont disponibles dans différentes tailles dont les diamètres sont les suivants : 45 cm (jaune), 55 cm (orange), 65 cm (vert) et 85 cm (bleu). Toutes ces tailles sont également disponibles dans une version plus solide « anti-burst », couleur gris-argent.

Les trois petites séparations entre les ballons sont comblées par des couvertures ou des serviettes roulées placées par-dessus la boucle de tissu. L’espace entre le 2ème et le 3ème ballon, qui correspond à l’endroit où reposera le bassin, a besoin d’un peu plus de volume pour être suffisamment rempli. (voir croquis n° 5)

Un matelas de mousse (160-170 cm par 75 cm ; épaisseur 2-3 cm) recouvert d’une couverture et d’un drap lavable complètent le tout. Pour donner à tout cela un peu plus de solidité et de largeur, vous avez deux options:

a) Avant d’installer le matelas de mousse, placer un drap (2 m de long à peu près) transversalement à la table. Ce drap, une fois replié, servira à maintenir 2 « frites » (comme celles qu’on utilise dans les piscines) qui longeront les bords extérieurs de la table. Il sera nécessaire de replier ce drap « en porte-feuille » pour qu’il forme une double couche sous la personne allongée qui, par son propre poids, stabilisera l’ensemble (voir croquis n° 6 et 7 ). Placer à présent le matelas de mousse dans le sens de la longueur de façon à ce qu’il repose entre les deux « frites » (voir croquis n° 8 et 9). Enfin, ajouter la couverture et le drap (voir croquis n° 10 à 13).

b) Une autre possibilité consisterait à placer deux petits tabourets de chaque côté de la table, recouverts d’un coussin ou d’une couverture repliée, afin de soutenir les bras de la personne allongée et lui donner ainsi la sensation d’avoir plus de largeur, plus de confort et de sécurité. (à l’origine, quand les fameuses « frites » n’existaient pas encore, c’est ce que j’utilisais).

c) Un ballon paille, gonflé sans être dur, glissé sous le drap, de chaque côté de la personne, peut augmenter son sentiment de sécurité lorsque ses mains reposent confortablement sur ces supports pneumatiques.

Pour la position à genoux, où la personne repose sur le ventre en travers de la table, 2 ballons verts entourés d’une boucle de tissu suffisent. (Bien entendu, là aussi, il faut remplir l’espace entre les deux ballons et placer par-dessus une couverture pliée ou un petit matelas de mousse, recouvert d’un drap.

Dans la position où la personne repose sur le dos tandis que, les jambes pliées, les pieds reposent sur le sol, on peut utiliser 3 ballons verts ou aussi bien, 2 ballons verts et un ballon bleu qui soutiendra la tête et les épaules, le tout entouré de la « boucle de tissu » et recouvert comme précédemment décrit.

Pour un jeune enfant une table à ballons plus petite construite avec 3 ou 4 EGG BALLS jaunes suffit. Ces petits ballons peuvent aussi servir pour répondre à des situations spécifiques, produisant des effets très satisfaisants pour des élèves adolescents ou adultes.

(Le premier prototype était constitué de 2 ballons verts et d’un ballon bleu. Sur ce type de table, la personne peut s’allonger très confortablement sur le dos, les jambes un peu plus haut que le reste du corps, et les pieds supportés par tout ce qui peut convenir comme, par exemple un tabouret surmonté d’un large rouleau posé par-dessus).

Important:

• Il est possible que vous ayez besoin d’un certain temps d’expérience pour trouver la juste pression de gonflage des ballons. Ceux-ci ne doivent pas être sur-gonflés et donner la sensation d’être durs.

• Un peu de pratique et d’expérience sont nécessaires pour pouvoir stabiliser la table de ballons, à l’aide de son propre corps, avec aisance et compétence lorsque c’est nécessaire. L’auto-organisation requise se développera progressivement.

RIMG0025

Premier prototype datant des années 1990

P0000581
P0000582
P0000195
P0000199
P0000200
P0000641
P0000200a
P0000641a
P0000642
P0000645
P0000175
P0000166

Model actuel (voir construction ci-dessus) encore sans frites

JahanCorcellesAnnecy031
JahanCorcellesAnnecy034
JahanCorcellesAnnecy020
JahanCorcellesAnnecy039
JahanCorcellesAnnecy058

Model actuel (voir construction ci-dessus) avec frites

JahanCorcellesAnnecy068
JahanCorcellesAnnecy073
P1030127
P1030126
ColetteAnnecy2011

Améliorations de la table de Ballons (juin 2017)

 

1. Pour stabiliser la table

Mettre des petits ballos gonflés (des vieux, peu ou plus utilisés)

dans les espaces entre les les gros “EGGballs”

 

2. Pour mieux aplanir le dessus de la table

Plutôt que de placer des couvertures ou serviettes enroulées:

installer des pièces de mousse

2a. Pour la découpe (photo No.3)

Acheter 2 ou 3 tranches de mousse la plus épaisse possible

(10cm d’épaisseur) : Longeur 70cm (ou un peu plus, en fonction

de la largeur de la table)

 

Pour découper chaque tranches : il faut utiliser un couteau bien

aiguisé et couper dans la diagonale, sur toute la longueur

 

2b. Pour éviter que le matelas de mousse

(qui fait part de la structure) soit incliné aux

xtrémités de la table (suivant la courbure des ballons):

(photos 4 et 5) Ajouter comme renfort une tranche de mousse découpée

comme expliqué ci-dessus. (Le plan de la coupe est posé sur le ballon

et les bouts des frittes reposent sur ce renfort.

IMG20170614190033
IMG20170614130212
RIMG0011
RIMG0012
RIMG0013
IMG20171202161602

Lit de ballons avec coffrage, une invention de Bruno:

Je viens de réaliser un coffrage pour un lit de ballons qu'une amie-élève m'avait demandé de monter chez elle pour remédier à ses problèmes de nuits blanches. Elle souffre d'une très importante scoliose.... 

Le lit de ballons fonctionnait parfaitement bien du point de vue du sommeil, mais les ballons avaient tendance à partir sur les cotés et j'ai donc décidé de construire un coffrage qui garde les ballons en place. 

Bien entendu, ce n'est plus une table à ballons pour IF, mais ça répond quand-même à un besoin spécifique !!1

Sans ou avec coffrage ? Comment stabiliser la table de ballons encore un peu plus ?

Remarques d’Ilana en réponse à des questions qu’on lui pose de temps en temps:

Il y a peut-être 15 ans que je me suis décidée à passer une nuit entière sur ma table de ballons. Posée dans un coin de la chambre, de sorte que ce lit expérimental était stabilisé par deux murs, celui au dessus de ma tête et, ce qui me semblait encore plus important, par celui tout au long d’un coté. Ainsi je n’allais probablement pas tomber et pouvais me mettre tranquillement à la recherche de la nouvelle qualité de sommeil dont j’avais besoin.

Cependant, j’avais l’habitude depuis l’enfance de dormir sur le coté, enroulée comme un hérisson, je trouvais aussitôt, que cette position-là ne me donnait pas suffisamment de sécurité. (L’idée qu’il était possible de donner une IF à une personne couchée sur le coté, m’est arrivée à l‘esprit beaucoup plus tard...)

Je me mis donc sur le dos, et aussitôt la construction mobile cessa de bouger comme un bateau ivre. Je sentais la surface céder doucement sous mon poids; que ce poids puisse stabiliser autant mon « lit alternatif » fut une révélation. L’effet bénéfique sur mon système nerveux en fut une autre. Couchée sur le dos, je pouvais sentir que la distribution du poids de mon corps sur une surface bien plus grande était optimale.

Au cours des années je me suis rendu compte que la sensation de ne pas être en sécurité, ainsi que la peur de tomber, sont intimement lié à notre attitude face à l’inconnu, - dans le cas présent, être allongé sur quatre gros ballons réunis dans une enveloppe de tissu, qui bougent d’une manière inattendue en réponse à tout mouvement un peu brusque ou forcé. De telles expériences facilitent considérablement la réalisation de ce que Feldenkrais exigeait quand il répétait patiemment que tout mouvement exploré en PCM et IF soit small - petit, slow - lent, et soft - doux.

« Saisir le nouveau », une des définitions de l’apprentissage authentique de Moshe Feldenkrais, m’a beaucoup aidée à surmonter mes propres doutes et hésitations. Et un jour j’ai pu constater avec surprise que personne n’avait plus peur de s’allonger sur cette construction, quand je la leur proposais comme alternative.

C’est ainsi que j’ai vraiment compris l’évidence: Pendant une leçon Feldenkrais, l’attitude, l’état émotionnel du praticien/de la praticienne, ont une influence capitale sur l’état d’âme de l’élève. Cela s’applique aussi à l’apprentissage de la maîtrise de l’emploi de la table de ballons. Tout d’abord il faut faire face à un manque de savoir-faire et un certain degré d’incertitude. Pour commencer on ne saura pas trop que faire pour stabiliser la table de ballons. Mais cela s’apprend d’une facilité déconcertante à la Feldenkrais: c’est-à-dire en prenant conscience de ce qui se passe sous nos mains et nos yeux sans oublier d’être tout le temps à l’écoute de nous-mêmes.

Finalement juste un petit mot concernant mes propres expériences avec le lit de ballons, dont je me sers depuis quelques mois sans plus voir besoin de mur d’un coté:

J’ai commencé à dormir sur ce lit-là en mai 2015 (dans le but de mieux gérer des insomnies et douleurs causées par l’irruption d’un zona farouche dans, et autour, l’œil gauche) ; la qualité de mon sommeil s’est tellement améliorée, que je n’ai pas du tout envi de retourner dans mon lit régulier. Chaque jour, depuis deux ans et demi, je me couche et réveille, me sentant fabuleusement fraîche et dispose, exactement dans la même position sur le dos, sans aucune sensation de cette raideur qui peut s’installer si on reste pendant des heures dans la même position sans bouger. L’explication? Il se peut que les minuscules mouvements que mon corps exécute pendant la nuit à mon insu, arrivent à le libérer continuellement de toute sensation de gêne. Par ailleurs, mon esprit est presque toujours prêt à capter des «idées-solutions» de comment aider un élève, ou moi-même, à vraiment sentir que l’inhabituel, le plus souvent ce qui est moins dysfonctionnel, n’est pas du tout inaccessible...

item6a