HTMLbanner
 
  annex1a  
  annexe2  
  annexe3  
  annexe4  
 
bottomLogoFr  

Feldenkraisnow

Comment améliorer la relation de la personne avec la gravité. En d'autres termes, comment transformer une bataille sans fin en dialogue animé, vivifiant et capable d'aider à l’émergence d'un ordre plus pertinent dans un processus d'autocorrection ?

William (3 ans lors de son premier rendez-vous, 7 ans dans la photo) et Gladys (82 ans dans la photo). Pendant presque 10 ans ils étaient mes meilleurs élèves-profs dans l'exploration de l'approche «Juste un peu d'air... et quelle différence! »

Le défi de travailler avec des enfants et des personnes âgées. Explorations ludiques avec des ballons, avec Ilana Nevill. Post-formation à Tours 27-29 mars 2009

mannekins

Image de soi pas encore formée

Image de soi pétrifiée ou encore malléable? (Thomas Hanna, Somatics, 1968, p. 34)

williampetit2
P0000020
gladys
blueegg1
blueegg3

Quelques principes et exemples de l'utilisation de ballons gonfles

(Le gonflage est variable, dépendant des exigences de la situation et de ce que l'élève ressent comme agréable et utile. II s'agit là d'une invitation à la personne de s'exercer dans le discernement et finalement dans la responsabilité pour son propre bien-être. )

I. Une « main d'air »

Outil de feedback agréable / remplacement de la main du praticien :

• Une telle main peut servir de soutien d'une partie du corps de l'élève couche, qui n'est pas en contact avec le sol. Le même principe s'applique quand le poids d'une personne assise sur une chaise est mal distribué sur ses ischions.

• Elle peut « réveiller» l'endroit en question en l'invitant à se mobiliser doucement,

• et, par sa surface capable de céder délicatement rendre possible l'expérience très concrète de la tenségrité qui caractérise tout corps vivant (voir le texte « Tenségrité - utilisation de ballons gonflés »). Cette expérience informe le système nerveux de la personne qu'il est possible de lâcher prise.

Ainsi commence un dialogue intérieur subtil qui va rendre la personne à elle-même (Mia Segal) en lui permettant de retrouver la confiance dans sa sensibilité innée et - si ce dialogue continue assez longtemps - dans son propre jugement.

• L'épanouissement renouvelé de la capacité submergée de sentir et ultimement de choisir pour soi-même ce qui est le plus organique et agréable, permet à la personne d'échapper à l'amnésie sensori-motrice qui s'empare de plus en plus de nos contemporains sans qu'ils s'en rendent compte.

• Dans les PCM, une main d'air peut renforcer - et à l'occasion remplacer - les mots de l'enseignant/e qui essaie de diriger l'attention des élèves sur une partie de leur corps qui n'est pas encore présente dans leur image de soi.

 

II. Un ballon capable de rouler sans être trop gonflé

Permet de réduire tout effort inutile en facilitant des mouvements fluides, lents et petits, et aide la prise de conscience de façon appréciable.

En se chargeant d'une bonne partie du poids - par exemple d'un bras, d'une jambe - un ballon permet l’exécution et la jouissance de mouvements autrement impossibles .

• Les élèves qui se réjouissent de l'expérience qu'une PCM se transforme imperceptiblement en une sorte d'auto-IF grâce à l'emploi d'un ballon, se trouveront encouragés à poursuivre la recherche de la fluidité du mouvement, de plus de confort et plus de conscience d'une manière autonome.

• Le pouvoir de la musique et du rythme - connu de l'être humain depuis sou apparition sur terre - a été confirmé par la neuroscience de la musique établie dans les années 1980. L'oeuvre d'Oliver Sachs en parle longuement (voir surtout le livre Musicophilia, Tales of Music and the Brain, Picard or, 2007)

Une découverte particulièrement importante pour notre métier de pédagogues somatiques est ceci: grâce à la synchronisation de la musique avec le mouvement on peut faire démarrer des processus indispensables à toute action - même dans un système sensori-moteur dégradé ou gravement inhibé.

Dans le travail avec des personnes âgées, la musique familière, qui leur rappelle leur jeunesse s'est avérée comme exceptionnellement puissante - même pour les gens atteints par une sénilité avancée.

stickfigures1
sf2
sf3
sf5
f4

A l’occasion – par exemple quand l’élève/client trouve le toucher d'une main trop gênant ou a peur d'être touché - une bonne idée est de remplacer la main par un ballon (ou les mains par deux ballons).

Quand on a besoin de toucher une « partie intime » (le sternum entre les seins d'une cliente ou l'os pubis d'une personne) un ballon rend possible ce qui autrement ne le serait jamais.

Ce toucher discret a une qualité extraordinaire.

Quasi indirecte, neutre et intime à la fois, il semble mettre la personne à l'aise comme si elle était seule et sauve dans sa sphère privée et sacrée ; en même temps, la communication entre les systèmes nerveux des deux partenaires dans cette rencontre peut atteindre à une subtilité inouïe (Moshe Feldenkrais en parlait parfois comme d'une manifestation de l’amour tout simple.)

Grâce à un ou deux ballons employés par le praticien pour faciliter ses propres mouvements et « manipulations », l'impression de participer à une danse sans effort peut devenir aussi vive pour celui qui «donne» I'IF que pour celui qui en bénéficie.

 

III. Le pouvoir étonnant de l'image

L 'utilisation d'un bal/on dans l'imagination peut être extrêmement efficace pour la détente générale, l'expansion des espaces intérieurs, la libération de la respiration et la mobilisation de toute la personne, esprit- et- corps.

D'après mon expérience personnelle il n'y a pas de moyen plus magique pour redécouvrir la fonction de la colonne vertébrale et ses caractéristiques : extraordinaires stabilité et flexibilité conjointes.

Au lieu de ne penser qu'à la structure osseuse, il faut juste visualiser/ imaginer les disques comme des ballons gonflés (« amortisseurs » extrêmement efficaces) changeant de forme avec chaque mouvement et assurant une bonne distribution du « travail» tout le longue de la colonne vertébrale.

Peu de gens savent que les disques lombaires représentent 55% de cette partie de notre axe central, comparés aux disques dorsales qui ne représentent que 30 % de leur domaine.

Porter le poids est la fonction principale de la colonne lombaire ; mais le contrôle fin de tout mouvement n'est pas possible sans une colonne lombaire compétente - permettant flexion, extension et rotation extensives. Par contre, les même qualités qui lui prêtent de la mobilité par l'élasticité (tenségrité) de sa construction, la rendent vulnérable:

Une faiblesse quelque part peut résulter dans un changement des relations entre les vertèbres lombaires. Même une lordose lombaire commune indique incompétence, déplacement et fragilité du complexe psoas. La réponse universelle est quelque sorte de compensation, en d'autres termes la rigidité.

sf6
sf7
sf8
sf9
sf10
red
babe
babe2
babe4

Pour résumer:

Avec l'utilisation d'une variété de ballons gonflés, nous ajoutons des éléments inappréciables à l'environnement d'apprentissage que nous créons: pour nos élèves-clients - ainsi que pour nous-mêmes.

Nous nous servons - bien sûr tout à fait dans l'esprit de notre méthode - de l'inhabituel pour encourager et soutenir un processus d'apprentissage somatique en commun.

Ressemblant à un dialogue authentique, ce processus peut être plein de surprises, de solutions créatives et de découvertes -surtout des « différences qui font LA DIFFÉRENCE» (Gregory Bateson): Il est bouleversant et extrêmement stimulant de rencontrer une surface capable de céder quand on est habitue à la dureté et résistance dans notre monde.

Faire face à la nécessité de se réorienter et réorganiser pour répondre à l'invitation de lâcher prise, de se mobiliser au lieu de rester figé dans un schéma établi, d'établir un nouveau équilibre sur et dynamique,... signifie devenir disponible à l'apprentissage authentique - même à un âge avancé... parfois en se livrant à une régression libératrice, retour à un stage bien avant qu'un évènement traumatique ait causé l'interruption de l'évolution naturelle de notre potentiel.

Trop souvent c'est le sort des enfants handicapés d'être condamnés à ne jamais pouvoir réaliser leur potentiel, ne jamais se tenir debout sur leurs propres pieds.

Mais que c'est passionnant d'entendre ces petits éclater de rires de joie, de commencer tout à coup à vocaliser quand ils sentent le contact avec une surface cédant doucement au toucher - au lieu de faire mal par une dureté et résistance impitoyables !

Et quelle merveille de les voir bouger comme si la spasticité accoutumée avait tout à coup moins, ou même plus, de pouvoir sur eux!

Si ces enfants éprouvent tant de joie, c'est probablement parce que ce contact leur rappelle une existence sans frustrations et douleurs dans le ventre de leur mère, quand chacun de leurs mouvements était accueilli - par une réponse douce et élastique - et vécu comme une promesse de pouvoir retrouver le même dialogue éloquent avec leur environnement dans une existence ultérieure.

Bien que cette promesse soit si rudement et continuellement déçue des la naissance, elle représente une force extraordinaire. Elle pousse l'enfant handicapé à essayer patiemment, encore et encore, à aller vers la redécouverte de l'exaltation et la satisfaction de bouger sans entrave, vers la continuation de son évolution pour réaliser son rêve le plus profond : accéder peu à peu au degré d'indépendance dont il est actuellement capable.

J'ai trouve à maintes reprises qu'un petit ballon gonflé peut servir et assister cette force indomptable à trouver des moyens et des chemins pour surmonter des obstacles apparemment insurmontables …

ANNEXE

item6a item6a1